Des conseils florissants : faites éclore vos ventes grâce aux bénéfiques arômes

Les détaillants performants connaissent l’importance de l’ambiance. De la sélection musicale jusqu’aux vitrines à éclairage DEL en passant par une certaine harmonie dans le look de l’équipe, chaque détail contribue à rehausser l’expérience client. Même les odeurs.

« L’olfaction est notre sens le plus primaire », explique Jennifer Dublino, v.-p. au développement de Scent World, une conférence dédiée au marketing olfactif. « Votre cerveau réagit aux odeurs avant toute chose », ajoute-t-elle. Or, selon elle, plusieurs détaillants exploitent mal cette réalité. Voici quelques conseils pour doter votre commerce de ce plein bon sens des odeurs.

Assurez-vous d’avoir bon goût et d’être pertinent
L’effet des notes vanillées et florales dans les boutiques de vêtements pour femmes n’est plus un secret, à l’instar des odeurs boisées du côté des hommes. Mais les détaillants qui vendent des articles comme des outils, des appareils ou encore des vélos peuvent aussi bénéficier des parfums appropriés, explique Dublino.

« Ceci améliore notre perception en matière de qualité du produit, encourage les consommateurs à flâner un peu plus longtemps et augmente les interactions avec les produits. » Dublino cite une étude allemande à propos d’une grande surface de la rénovation qui diffusait des fragrances d’herbe fraîchement coupée dans certaines parties ciblées du commerce. « Les clients qui fréquentaient les zones parfumées affirmaient que les employés étaient mieux informés que ceux qui travaillaient dans les zones non parfumées », ajoute Dublino.

Ne prenez pas de raccourcis
Pour les détaillants au budget limité, il peut s’avérer tentant de se procurer un petit pot-pourri à la pharmacie pour ensuite considérer le dossier comme réglé. Or, plusieurs inconvénients minent cette approche, croit Dublino. Tout d’abord, les effets à long terme d’une odeur spécifique. Ce phénomène est décrit comme la fatigue olfactive et lorsqu’il s’active, les clients cessent alors de noter les arômes du commerce. « Vous voulez aussi éviter ces parfums infects à bas prix », ajoute-t-elle. Même s’il semble difficile de se tromper avec un simple bouquet d’agrumes, ces solutions bas de gamme peuvent parfois transformer un agréable parfum en odeur limite. Quant aux diffuseurs génériques, il est souvent difficile d’en contrôler l’intensité.

Une odeur d’ambiance doit à peine être perceptible et ne devrait être diffusée qu’à certains moments précis, souligne Dublino. Il existe sur le marché une panoplie de diffuseurs à air froid abordables qui vous permettent de contrôler leur degré et leur fréquence. Des entreprises comme ScentAir ou AirQ aident les détaillants à composer d’authentiques parfums signature, fournissant l’équipement de diffusion adéquat pour leur espace.

Gardez les choses simples
Si vous fréquentez un magasin à rayons, vous pouvez remarquer une odeur de poudre pour bébé dans une section, puis d’aiguilles de pin dans une autre. Mais ce qui fonctionne pour une grande surface peut se transformer en désastre dans une petite boutique, prévient Dublino. « Mixer trop de parfums d’ambiance équivaut à interpréter à tue-tête deux chansons en même temps : c’est irritant et déconcertant », ajoute-t-elle.

Une bonne approche consiste à utiliser des parfums d’ambiance près du comptoir de paiement. Selon une étude suédoise, les ventes de shampoings positionnés près d’un point de vente diffusant des arômes agréables ont augmenté de 36,9% alors que celles de shampoings vendus sur les rayons ont augmenté de près de 27%.

« Lorsqu’on parle d’odeurs, les détaillants doivent retenir trois éléments : quel est l’objectif d’intégrer des odeurs aromatiques dans mon commerce? Laquelle va interpeller mes clients? Quelle technologie dois-je utiliser? »

Elina

Elina

Naturally drawn to synonyms, Elina relishes language, culture and precision in her explanations. “The mind is like a parachute — it works best when opened.”
― Elina and Sir Thomas Robert Dewar