La culture « foodie » et son impact sur le paysage culinaire

Depuis l’aube des temps, la nourriture occupe une place centrale dans notre quotidien. Si sa qualité principale est évidemment de permettre notre survie, la nourriture ne se réduit plus à cela. Manger est devenu une expérience sensorielle supérieure, qui s’apprécie seul ou se partage avec d’autres convives. La nourriture est devenue un véhicule d’expression et de réfléxion, une excuse pour se rencontrer, un moyen d’apprendre, d’écouter et de tisser des liens.

Comment s’est effectuée cette transition ? Penchons-nous sur le mouvement foodie, une croisade de gourmets qui a, et continue de façonner le paysage culinaire moderne. Émergeant d’une sous-culture obssedée par l’éthique, la nutrition et l’innovation, le mouvement s’est rapidement transformé en vague, emportant sur son passage l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration, et la forçant à changer son offre pour s’adapter aux nouvelles demandes.

Qu’est-ce qu’un foodie ?

Décrit dans les années 1980 par Ann Barr et Paul Levy dans leur livre The Official Foodie Handbook, véritable prophétie de ce qu’allait être l’industrie culinaire moderne, le terme continue de créer des interrogations. Est-ce un vrai mot ? Du jargon ? Est-ce un terme positif ou négatif ? Designe-t-il un groupe restreint de personnes ou sommes-nous tous des foodies dans une relative mesure ?

Certains diront que les foodies considèrent la nourriture comme de l’art. D’autres les voient comme des gens qui aiment cuisiner, lire sur la nourriture et en parler. La plupart diront que les foodies sont des amateurs qui s’intéressent de très près à ce qu’ils mangent : origines, préparation, présentation, lectures et discussions. Le mouvement compte principalement des membres de la génération Y, pour lesquels l’éducation, la santé, les voyages et la technologie ont une place plus importante que pour les générations précédentes.

Armés de smartphones, profils sur les réseaux sociaux, blogs et forums, les foodies modernes ont un impact direct sur le succès d’un restaurant, et les chefs, gestionnaires ou propriétaires doivent prendre ce nouveau paramètre en compte.

Dinner table picture taken with iPhone

L’évolution du paysage culinaire occidental

Il semble que jamais auparavant, les consommateurs que nous sommes ont été aussi concernés par les origines de ce qu’il y a dans leurs assiettes, la qualité, les méthodes de préparation et le nombres de J’aime qu’une photo d’un repas reçoit sur les médias sociaux. Plus qu’une lubie de quelques marginaux, la culture foodie est maintenant présente dans tous nos choix culinaires et s’illustre même dans nos habitudes quotidiennes.

1- Nous mangeons à nouveau local
Selon le rapport culinaire de la National Restaurant Association de 2016, la viande et les fruits de mer locaux sont la grande tendance culinaire de l’année. Les productions locales et les sources hyper-locales (culture maison d’un restaurant) ne sont pas loin derrière aux 3e et 4e positions sur 20. Cette tendance ne s’observe pas seulement avec le nombre d’établissement qui proposent fièrement des produits fermiers locaux, mais aussi avec la popularité grandissante des marchés fermiers ou des enseignes Whole Foods, de plus en plus nombreuses.

Savoir qu’un repas est composé de produits de la ferme de la région nous rassure sur la fraicheur des produits et sur le fait que notre argent est bien dépensé, puisqu’il va aider à soutenir les commerces locaux.

 

local farmer harvesting vegetables

2- Nous faisons des choix plus portés sur notre santé
Que se passe-t-il dans la nation du fast-food ? Avec plus de 200 000 fast-foods aux États-Unis, il n’est pas surprenant que presque 30 % de la populaton soit obèse. Cependant, ces dernières années, toutes ces chaines ont ajouté des options moins nocives pour la santé à leur menu. Vous pouvez maintenant croquer dans votre burger sans regret, sachant que le boeuf vient d’un animal bien nourri et bien traité. Vous pouvez aussi remplacer votre pain par une feuille de laitue ou encore changer votre frites pour une salade. Voir des fast-foods comme Chipotle et 5 Guys être de plus en plus conscients des inquiétudes des consommateurs pour leur santé ou des chaines végétariennes émerger comme Native Foods Cafe aux États-Unis ou Copper Branch au Canada illustre totalement notre nouvelle perception de ce qu’il y a dans notre assiette.

burger and fries

3- Le jeu de la célébrité
Et la nouvelle célébrité des chefs ? Les grands cuisiniers ont maintenant leurs propres émissions, restaurants, livres de cuisines, autobiographies et marques alimentaires. Les autres cuisiniers veulent aussi leur part du gâteau et n’hésite plus à participer à de la télé-réalité. Tout le monde connait Masterchef. Évidemment, Julia Child a ouvert la porte de la culinaro-célébrité, mais qui aurait cru qu’un jour, des cuisiniers seraient adulés comme des rock-stars ou des acteurs renommés ?

anthony bourdain with chop sticks

 

Le marketing bouche à oreille comme stratégie gagnante

Il est aujourd’hui rare qu’un repas ne soit pas documenté. Instagram, Facebook, Twitter et Pinterest sont constamment alimentés de photos de nourriture. La popularité des hashtags culinaires a explosé (nous avons tous utilisé les hashtags #foodie, #foodstagram ou encore #foodporn). Tout le monde suit la page de son restaurant préféré et photographie son assiette.

Nous sommes devenus des apprentis photographes culinaires. Avec nos smartphones et nos applications de retouche photographique, nous pouvons tous produire des clichés qui semblent sortis des magasines et sont partagées sur les différents réseaux. Ces photos ne font pas seulement mettre en valeur la nourriture, mais aussi l’expérience offerte par l’établissement. Les clients ne sont d’ailleurs pas les seuls à suivre la tendance. Les restaurateurs, traiteurs et chefs se lancent aussi dans la photographie foodie, un nouveau moyen de promouvoir leurs commerces en partageant leurs créations pour faire parler de leur travail sur toutes les plateformes sociales.

Picture of set table at restaurant

Il y a aussi les blogues culinaires et les forums sur lesquels les utilisateurs partagent leurs avis. Espaces autrefois gouvernés par les foodies, ils sont aujourd’hui fréquentés par toute personne ayant une connexion Internet et un appétit. Ces chaînes transmettent du contenu à la vitesse de la lumière et peuvent propulser ou plomber votre commerce. Les blogueurs et les clients qui publient des avis sur les restaurants ne sont pas aussi célèbres ou n’ont pas un palais aussi expérimenté que les critiques culinaires de métier. Ils partagent simplement leur appréciation de la bonne nourriture et du service. Peu importe leurs qualifications, les blogueurs culinaires et les critiques amateurs ont une expérience qui se rapproche davantage de celle d’un individu lambda. Leurs opinions parlent donc plus aux clients et auront plus d’impact dans nos choix de restaurant.

Un avantage ou un inconvénient pour l’industrie ?

La culture foodie a forcé l’industrie à évoluer. Que ce soit dans les combinaisons de nourriture, de saveurs, la présentation ou le service, la recherche d’innovation n’a jamais été aussi forte.  En tant que consommateurs, nous avons plus d’informations que jamais sur ce que nous mangeons. Nous voulons de la nourriture biologique, durable et locale, parce que c’est la tendance, mais aussi parce que c’est tout simplement meilleur pour la santé, l’économie et l’environnement.

Un PDV mobile pour un meilleur service

9 raisons d’adopter un point de vente mobile pour votre restaurant.

Notre utilisation intensive des réseaux sociaux, blogues et commentaires est cela dit un cadeau qui peut être empoisonné. Si la promotion qu’ils offrent est indéniable, des clients qui prennent en photo tous leurs repas et ajoutent des hashtags peuvent aussi augmenter les temps d’attente et réduire le roulement de la clientièle. Quant aux blogeurs, que vous les aimiez ou pas, leur parole continuera d’avoir une influence sur la perception des gens, peu importe leurs qualifications. Les forums ? Utiles pour les consommateurs, ils peuvent avoir un impact négatif sur un commerce s’ils ne sont pas correctement modérés.

Le mouvement foodie peut-être vu comme un malédiction, ou une bénédiction. Pour le restaurateur, ce qui compte est de savoir adapter ses opérations aux besoins changeants et de plus en plus nombreux de la clientièle. Une condition sine qua non au succès.