Tapez ci-dessus et appuyez sur la touche Entrée pour effectuer la recherche. Appuyez sur Esc pour annuler.

Commerce de détail

Comment les Librairies O-Taku propagent la passion du manga au Canada

Comment les Librairies O-Taku propagent la passion du manga au Canada

Les Libraires O-Taku sont bien plus qu’un endroit où acheter des mangas. C’est l’unique organisation dédiée à cet art japonais au Canada, animée et dirigée par des passionnés. En proposant un large catalogue de livres dans leur magasin principal au O-Taku Manga Lounge, mais aussi dans divers autres espaces de vente, les Librairies O-Taku partagent la passion du manga depuis 2010. 

Nous nous sommes entretenus avec Jocelyn Callier, directeur des technologies des Librairies O-Taku dans l’objectif d’en apprendre plus sur les origines de l’entreprise et découvrir l’aspect technique et organisationnel d’une entreprise unique en Amérique du Nord.

Bien que l’O-Taku Manga Lounge soit votre emplacement de vente principale, vous possédez aussi d’autres espaces de vente dans des magasins partenaires. Peux-tu nous en dire plus sur ces collaborations  ?

Jocelyn : En effet, on fait affaire présentement avec 8 boutiques. Ce sont des partenaires qui ont des produits qui se rapprochent de notre culture, une culture « geek », mais qui ne vendent pas de livre. Car le manga et le livre en général, c’est tout un domaine d’affaires, c’est tout une relation à créer avec des fournisseurs et c’est toute une connaissance aussi à avoir. Comme par exemple savoir quel manga tenir en stock, lesquels vont intéresser leur clientèle, etc. Ce sont la plupart du temps des boutiques intéressées à l’idée de proposer des mangas à la vente et donc l’avantage de faire affaire avec nous, c’est qu’on leur propose une gestion clé en main pour vendre des mangas dans leur boutique. Nos partenaires peuvent alors avoir accès à des outils de recommandations ainsi que d’avoir une solution de gestion de stock. 

De plus, si nos partenaires sont en réflexion concernant leur système de gestion de caisse, on leur propose souvent Lightspeed. En effet, nous opérons déjà nous-mêmes avec ce système de caisse que l’on trouve facile à utiliser et en plus on peut le gérer la collection à distance. Il est même déjà arrivé que certains d’entre eux choisissent Lightspeed pour l’entièreté de leur boutique car c’est simple à utiliser, bien conçu et très convivial.

Vous faites partie des premiers adopteurs de Lightspeed à Montréal. Quelle a été votre expérience avec ce système de gestion de caisse ? 

Jocelyn : Lors du lancement du projet de la boutique, j’ai fait un audit des différents systèmes de caisse disponible sur le marché et Lightspeed s’est vite démarqué des autres. Il répondait à tous nos besoins essentiels, comme son système de gestion par API qui nous permet de nous connecter à distance au système. 

Ensuite, pour nos relations avec nos partenaires, le fait que Lightspeed soit facile à implémenter nous fait gagner énormément de temps. Et c’est encore plus vrai quand nos partenaires sont déjà des utilisateurs de Lightspeed. C’était extrêmement facile de s’implémenter avec eux, car on à juste à ajouter notre stock dans leur système et le tour était joué. 

On sait que l’univers du manga est vaste et qu’il existe énormément de référence de produit. Comment vous êtes-vous organisés pour gérer à la fois votre eCommerce, vos boutiques et vos partenaires ? 

Jocelyn : On possède un système de gestion Lightspeed dédié à notre entrepôt à Montréal dans lequel se trouve l’ensemble de notre inventaire, c’est-à-dire plus de 30 000 mangas, plus environ 4 000 références de produits dérivés. Et en fait cet inventaire devient notre catalogue principal. C’est sur ce catalogue que l’on met à jour nos prix et nos dénominations. Ensuite, nous on va  propager l’information de ce catalogue central dans les autres catalogues de nos partenaires et de nos boutiques grâce à des routines quotidiennes et personnalisées. 

Cela nous permet aussi de mettre à jour nos catégories. Nous avons en effet développé une classification unique dans l’industrie qui permet d’orienter les consommateurs et de les aider à faire leurs choix. Ces catégories peuvent aussi se répercuter sur le système de caisse Lightspeed de nos partenaires, ce qui, même s’ils ne sont pas experts en manga, leur permet de conseiller leur client en boutique. 

Puis à l’aide de Purchase Orders nos partenaires peuvent passer des commandes de notre entrepôt très facilement grâce au système que l’on a mis en place. 

Aujourd’hui, quelles sont les fonctionnalités de Lightspeed qui vous aident le plus dans votre quotidien ? 

Jocelyn : C’est la combinaison de trois choses qui rend Lightspeed intéressant pour nous. La gestion du stock, la gestion de la caisse et la possibilité de développer des fiches clients. Ces trois éléments reliés ensemble nous permettent de gérer nos ventes en magasin, de gérer nos stocks en entrepôt, de pouvoir gérer du B2B et du B2C puis au final ça nous permet aussi de connaître l’historique d’achat des clients, qu’ils aient fait leurs achats en ligne, dans nos magasins ou chez nos partenaires.  De l’omnicanal à son meilleur !  

Grâce à ces fiches clients d’ailleurs, nous avons pu développer un système de recommandation automatisé. C’était l’une de nos idées de base quand nous avons commencé à collaborer avec d’autres boutiques. Ce système de recommandation est basé sur les achats des clients. Les vendeurs de ces boutiques ne sont pas toujours des experts en manga. Notre outil de recommandation leur permet de pouvoir apporter des suggestions personnalisées à chacun de leur client. Une fois que ce dernier passe à la caisse, le vendeur va pouvoir lui proposer de découvrir des mangas supplémentaires, ce qui participe à augmenter le panier moyen des consommateurs. 

La période entre 2020 et 2021 a été assez difficile pour les entreprises du monde entier. En quoi la pandémie de Covid-19 vous a-t-elle affecté et comment avez-vous réagi face à cette crise ? 

Jocelyn : Nous avons lancé notre premier espace manga avec l’un de nos partenaires fin 2019. Nous étions donc motivés pour ouvrir d’autres espaces de vente. Suite à ça nous avons donc fait une planification stratégique début 2020 en nous focalisant sur un déploiement d’espace de vente principalement physique. Puis la pandémie est arrivée en mars 2020 avec les fermetures des magasins et c’est là que nous avons décidé de faire un virage 100% numérique pour survivre.  Cela a inclus le développement de contenu sur les mangas, des lives Facebook, des cours de dessin et de japonais en virtuel mais aussi l’implantation du eCommerce sur notre site web. 

Contre toute attente, il faut savoir aussi que le marché du manga et du divertissement à la maison ont  connu une croissance fulgurante durant la pandémie, ce qui a donc intéressé, lors de réouvertures des magasins, plusieurs futurs partenaires à ajouter un espace de vente de manga. Ce qui nous a permis d’ouvrir  7 espaces manga et de continuer de suivre notre plan de croissance (même si ça n’a pas été aussi rapide que l’on voulait bien sûr!).  De plus le déploiement de notre site eCommerce nous a permis de faire du click and collect et donc on a pu garder un certain niveau d’achalandage en magasin. 

Quel est le futur des Librairies O-Taku ?  

Jocelyn : C’est sûr qu’en ce moment nous sommes très  focalisés sur le marché québécois et francophone du Canada. Cependant, en Amérique du Nord l’industrie du manga est en pleine expansion, si bien qu’il est en train de dépasser le marché déjà bien installé du comics. Dans le reste de l’Amérique du Nord, il n’y à pas d’équivalent à l’O-Taku Manga Lounge même à New York, ou c’est une ville connue pour ses concept stores. Donc il y a des chances que nous allons explorer ce marché en ouvrant des boutiques spécialisées dans de grandes villes au Canada pour répondre à une demande de plus en plus forte.

Des nouvelles qui vous concernent. Des conseils que vous pouvez appliquer.

Tout ce que vous devez savoir, directement dans votre boîte mail.

Plus sur ce sujet :
Expérience client

Parcourir plus de sujets