Tapez ci-dessus et appuyez sur la touche Entrée pour effectuer la recherche. Appuyez sur Esc pour annuler.

Restauration

Au service de la communauté : Comment Satay Brothers est devenu un restaurant de quartier renommé

Au service de la communauté : Comment Satay Brothers est devenu un restaurant de quartier renommé

Ce qui n’était au départ qu’un petit stand dans un marché achalandé est devenu un incontournable de la scène gastronomique montréalaise avec ses trois emplacements. Créé par Alex, Mathieu et Kim Winnicki, Satay Brothers est devenu un nom bien connu des gastronomes montréalais avec son stand populaire au marché Atwater, son restaurant intérieur branché à Saint-Henri et son emplacement inspiré à l’hôpital. 

Principalement connus pour leur street food singapourienne et leur ambiance sud-est asiatique, les Satay Brothers ont également fait leur marque en soutenant l’un des membres les plus travailleurs des communautés : les travailleurs de la santé. En 2016, l’emplacement Kim Jen Ming a vu le jour sur le site Glen du Centre universitaire de santé McGill et a été inspiré par le travail acharné et le dévouement de leur mère en tant qu’infirmière. Depuis six ans, les frères Cantine Satay redéfinissent le fameux concept de la nourriture d’hôpital avec des délices d’Asie du sud-est comme la salade de papaye, les rouleaux de riz et le gâteau au pandan.

Grâce à un travail acharné, un lien fort avec leurs racines et un dévouement à leur métier, cette entreprise familiale a été une source constante de bonne nourriture et de bonnes vibrations pour une communauté qui en avait le plus besoin. 

Nous nous sommes entretenus avec le copropriétaire Alex Winnicki pour en savoir plus sur cette success story de l’Asie du sud-est. 

Le guide du restaurateur moderne

Découvrez comment aider votre entreprise à prospérer dans la nouvelle ère de l'hospitalité grâce à notre guide.

Racontez-nous comment tout a commencé. Comment les Satay Brothers ont-ils vu le jour ? 

C’était en 2010 et nous avons grandi à Saint-Henri. Je travaillais déjà au marché Atwater depuis des années et mon frère avait également travaillé dans diverses marchés. À l’époque, nous faisions des études et travaillions dans différents domaines, mais nous revenions toujours travailler au marché. C’est à cette époque que le marché a commencé à proposer l’idée d’une aire de restauration. L’une des personnes qui voulait louer l’endroit s’est désistée à la dernière seconde et nous avons eu l’occasion d’installer une sorte de stand, comme on en trouve beaucoup en Asie. C’était une sorte d’épicerie en plein air. 

On s’est d’abord installés au marché Atwater et on avait quatre ou cinq plats au menu. C’est un peu là que tout a commencé. Il y a beaucoup de passage sur le marché et nous faisions quelque chose de complètement différent, donc nous avons eu beaucoup de presse gratuite et de critiques positives des clients.  

Cela semble incroyable. D’où vient le concept à l’origine ? 

Notre mère était singapourienne, mais nous n’avons jamais pu trouver de nourriture singapourienne à Montréal en grandissant. C’était une culture culinaire non représentée. Nous avions même du mal à trouver de la cuisine d’Asie du sud-est en général. Et c’est un peu de là qu’est venue l’idée. Nous avons grandi à Singapour, certainement influencés par ma mère, mais aussi très montréalaise. Nous avons toujours été très attachés à la culture alimentaire et nous voulions aussi apporter quelque chose de différent. 

Alors comment vous êtes-vous développé à partir de votre stand au marché ? 

Nous avions une cuisine de production dans la rue Saint-Jacques où nous préparions la nourriture et l’apportions au marché. En fait, nous cuisinions le soir et préparions d’autres plats pour le lendemain. À la fin de la saison d’été, nous avons ouvert la cuisine de production pour nos clients. Nous avions environ 18 places à l’intérieur et nous y sommes restés pendant quelques années. En raison de notre petite capacité, nous avions des files d’attente en permanence et il était difficile de préparer suffisamment de nourriture pour tout le monde. Ce qui, en fin de compte, est un heureux problème. 

Il y a environ sept ans, nous avons commencé à construire notre local sur la rue Notre Dame. Nous avons obtenu un bail et l’endroit était beaucoup plus grand que le précédent. Nous avons construit le restaurant avec une cuisine professionnelle et c’est de là que nous travaillons depuis six-sept ans et que proviennent tous nos plats. Nous avons actuellement notre emplacement sur le marché Atwater, l’emplacement de l’hôpital et notre emplacement phare sur la rue Notre Dame et tout est cuisiné par les mêmes personnes au restaurant, que vous mangiez à un endroit ou à un autre.

Parlons de l’emplacement de l’hôpital. Comment cela s’est-il produit ?  

Notre mère a été infirmière en oncologie pendant 35 ans, nous avons donc passé beaucoup de temps dans les hôpitaux lorsque nous étions à l’école. Nous allions voir notre mère et attendions là jusqu’à ce que nous rentrions chez nous. Nous avons donc pensé que nous pourrions faire quelque chose qui rendrait les gens heureux. 

Souvent, à l’hôpital, l’environnement est difficile, tant pour le personnel que pour les patients. Nous avons décidé que nous voulions apporter de la bonne nourriture à l’hôpital et que nous pourrions peut-être décrocher le titre de meilleure nourriture d’hôpital et changer la mentalité par rapport à la nourriture d’hôpital pâteuse à laquelle les gens se sont habitués. 

Il y a des gens qui ont besoin d’être là tous les jours parce qu’ils rendent visite à quelqu’un, ou les mamans qui sont là pour accoucher ou d’autres personnes qui peuvent être là pour une longue période, ils sont vraiment heureux qu’il y ait d’autres options dans la cafétéria. C’est probablement ce qui a été le plus gratifiant pour cet établissement, le fait de pouvoir rendre les gens heureux et d’offrir une nourriture saine et de qualité à l’hôpital.

Gérer un stand de restaurant dans un hôpital doit être très différent. Quels ont été les défis de la gestion d’un établissement hospitalier ? 

Nous sommes présents à l’hôpital depuis plus de cinq ans déjà et nous avons un partenaire, Fred Vaillancourt, qui s’occupe de nos opérations quotidiennes et qui apprécie vraiment les gens. C’est là que nous avons mis en place le système Lightspeed. 

Nous avons dû adapter certains plats parce que la nourriture singapourienne contient certaines épices. Nous avons décidé de proposer des plats différents, toujours très savoureux, mais moins épicés ou sans épices. L’autre point est l’ambiance. Dans ce lieu, nous ne sommes pas responsables de choses comme la musique et l’ambiance dont vous vous nourrissez pendant que vous savourez votre repas. Même si nous ne pouvons pas contrôler l’environnement, Fred a été formidable. Il connaît la plupart des clients, car une grande partie du personnel de l’hôpital y mange souvent. Il les connaît même par leur prénom. Il a fait un travail formidable pour ramener une bonne ambiance.

Comment était-ce de gérer un restaurant hospitalier pendant une pandémie ? 

Au début, tout le monde était inquiet. Beaucoup d’endroits fermaient par précaution, mais c’était différent à l’hôpital. Alors que tout était fermé et que les gens restaient à l’écart, le personnel de l’hôpital n’a pas eu le luxe de ne pas aller travailler. Nous avons fermé pendant environ cinq jours et, une fois que nous nous sommes assurés que tout notre personnel était en bonne santé, nous avons estimé qu’il était de notre responsabilité d’ouvrir comme d’habitude et d’être là pour offrir de la nourriture aux travailleurs qui devaient faire leurs quarts de travail intensifs et dont la vie était assez stressante. Nous avons fonctionné après cette semaine de fermeture, puis les affaires ont repris leur cours normal. Nous voulions être présents autant que possible pour nourrir tous ceux qui allaient à l’hôpital et avaient besoin de cette bonne nourriture.  

Notre emplacement à l’hôpital est plus un comptoir de vente à emporter. En revanche, nous avons dû procéder à des changements dans nos autres établissements. Nous avons fini par mettre toute la nourriture dans des récipients à emporter, ce que nous n’avions jamais fait auparavant puisque notre plaisir est de mettre la nourriture dans l’assiette et de voir les gens l’apprécier. À l’hôpital, ils choisissaient leurs récipients et allaient s’asseoir à la cafétéria. À un moment donné, la cafétéria était complètement fermée et les clients devaient manger dans leur bureau ou leur chambre. L’installation de l’hôpital était déjà faite pour ce genre de plats à emporter. Cela n’a donc pas beaucoup changé.

Pourquoi avez-vous choisi Lightspeed pour l’emplacement à l’hôpital ? 

Nous avons choisi Lightspeed parce que nous connaissions l’entreprise et que nous avions déjà travaillé pour elle par le passé. La technologie est là, c’est facile. Je ne suis pas un grand adepte de la technologie et, dans un restaurant, nous engageons des sommes et des dépenses astronomiques. Nous avons utilisé Lightspeed à l’hôpital pour le service au comptoir, pour la facturation rapide. Ils en sont très satisfaits. Vous obtenez tous les rapports en ligne et tout le reste. Nous sommes donc passés directement à Lightspeed pour l’hôpital. 

À quoi ressemble l’avenir de l’hospitalité pour vous ? 

Un an et demi, dans le grand schéma des choses, ne va pas changer grand-chose, du moins je l’espère. Nous sommes tous des êtres sociaux et lorsque les choses commenceront à rouvrir, les gens voudront profiter d’un repas avec leurs amis, leur famille et leurs proches dans un restaurant. Ils vont juste s’asseoir dans un bar, parler à un étranger et se faire servir. Vous savez que tout a meilleur goût lorsque quelqu’un d’autre le prépare pour vous. Même si vous prenez un verre à la maison, que vous allez dans un bar et que quelqu’un vous prépare exactement la même boisson, pour moi, personnellement, le goût est meilleur. 

Il y a quelque chose de magique dans les restaurants et le sentiment que l’on éprouve quand on mange et que l’on passe un bon moment, alors j’espère vraiment que les choses redeviendront comme avant. J’espère vraiment que les choses redeviendront ce qu’elles étaient. Je pense que cela se fera lentement. Dans cinq ans, j’espère vraiment que tout le monde s’amusera, appréciera et parlera de tout cela au passé. 

La positivité au service de la restauration 

Au fil des années, Satay Brothers est devenu un membre important de la communauté montréalaise. Leur passion pour la bonne nourriture est également devenue une passion pour le bon service. Cette année, Alex Winnicki a été nommé pour le prix du meilleur service aux Lauriers, un événement qui fait la promotion de la gastronomie québécoise en honorant les talents de l’industrie. Une nomination bien méritée qui reflète les années de service et de dévouement à la communauté que nous avons appris à connaître. 

Si l’année écoulée a été difficile, M. Winnicki se tourne vers l’avenir proche et voit le bon côté des choses. Son conseil ? « Gardez la tête haute autant que possible et soyez positif. Des jours meilleurs arrivent et nous avons hâte de servir à nouveau les clients. »

Des nouvelles qui vous concernent. Des conseils que vous pouvez appliquer.

Tout ce que vous devez savoir, directement dans votre boîte mail.

Plus sur ce sujet :
Expérience client

Parcourir plus de sujets